L'ATLAS DES FEUILLES

La blancheur de nos faïences n'est-elle pas le reflet du confort de notre époque ? Une blancheur qui dénonce le sale, le mettant tout de suite en évidence. L'habitat urbain prône le neuf et le propre par un renouvellement permanent de nos ressources matérielles. Ainsi, l'eau de nos toilettes est aussi limpide que celle que nous buvons. Toute eau utilisée devient "usées" et est en ce sens à renouveler. Sans hiérarchie et sans cycle, notre eau est seulement consommée et non pas gérée. Cette proposition cherche à bousculer nos normes de confort, par l'introduction d'un cycle d'eau non potable dans l'habitat urbain. Provenant du recyclage de nos eaux domestiques, cette eau de seconde main génère des usages différents, hiérarchisés en fonction de chaque activité.

Nous proposons de redéfinir chaque point d'eau de l'habitat, ainsi que les liens qu'ils entretiennent entre eux, afin de générer un nouveau rapport à cette ressource.